+1 514 342-2111Prendre rendez-vous
+1 514 342-2111Prendre rendez-vous
Oct 25

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – QUÉBEC, le 25 octobre 2021

Diffusion immédiate

“Il m’a touché et je ne pouvais rien faire”
Des femmes sans statut d’immigration veulent pouvoir porter plainte contre leurs employeurs

QUÉBEC, le 25 octobre 2021 – Harcelée et menacée par un collègue de travail pendant plusieurs semaines au point de songer à mettre fin à ses jours, Nina n’a pas eu d’autre choix que de quitter son emploi pour mettre fin aux violences sexuelles qu’elle vivait. Comme de bien des femmes sans statut d’immigration, son employeur a profité de sa grande vulnérabilité pour abuser d’elle.

Le comité des femmes de l’Association des travailleuses et travailleurs d’agence de placement (ATTAP) et leurs alliées tiendront un rassemblement devant le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité Sociale (MTESS) à Québec, lundi le 25 octobre à 13h00 afin de revendiquer que les plaintes à la CNESST soient traitées sans égard au statut d’immigration des travailleuses et des travailleurs.

À l’heure actuelle, les femmes sans statut d’immigration font face à de nombreux obstacles lorsqu’elles souhaitent porter plainte à la CNESST, notamment pour harcèlement psychologique et sexuel. Rien ne protège ces personnes contre les représailles de l’employeur. Elles peuvent donc être dénoncées aux autorités et déportées avant même que leur cause soit entendue devant les tribunaux.

« J’avais tellement peur. Je pleurais tous les soirs en rentrant du travail. Ma fille, alors adolescente, m’a finalement convaincue de partir. Je ne pouvais rien faire d’autre » confesse Nina. Viviana Médina, organisatrice communautaire au Centre des travailleuses et travailleurs immigrants, explique: « Quand les employeurs sont au courant du statut des femmes, ils profitent du fait que ces personnes ne peuvent pas porter plainte pour contourner les lois en toute impunité»

À propos: Le comité des femmes de l’ATTAP à lancé en 2019 la campagne Nous avons de la valeur, nous avons des droits et ensemble nous luttons pour notre cause qui vise l’amélioration des conditions de travail des femmes sans statut. Nous réclamons que la CNESST cesse de demander le statut des plaignantes et qu’elle reconnaisse les difficultés spécifiques liées à l’absence de statut lorsque celles-ci témoignent.

Quoi: Un rassemblement avec plusieurs prises de parole dont:

  • Nina, travailleuse et membre du comité femmes de l’ATTAP
  • Lian, PINAY
  • Nom à confirmer, Mouvement contre le viol et l’inceste
  • Samira Jasmin, Solidarité sans frontière
  • Julia, travailleuse et membre du comité femmes de l’ATTAP
  • Christina, Comité des droits humains en Amérique latine (CDHAL)
  • Sadeqa, Femmes de diverses origines
  • Mohamed Barry, Guinéens unis pour un statut
  • Abdelkader Belaouni, Centre des travailleuses et travailleurs immigrants

Où: Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, 425, rue Jacques-Parizeau, Québec

Quand: Lundi, 25 octobre 2021, 13h00

-30-

Renseignements (Français et Anglais) : Noémie Beauvais, Organisatrice communautaire Centre des travailleuses et travailleurs immigrants, 438-880-9696, noemie.beauvais01@gmail.com

Comité femmes d’ATTAP (ATTAP-CF)

Prendre rendez-vous