+1 514 342-2111Book a Meeting
+1 514 342-2111Book a Meeting
Sep 20

Action urgente!: Justice pour Paola Ortiz et sa famille!

Call for Urgent Action: Stop the Deportation of Paola Ortiz !

STAY OF DEPORTATION REFUSED: Join us in denouncing the imminent deportation of a Mexican mother and her two Canadian children

Montreal, September 19th — Solidarity Across Borders denounces the imminent decision by the Canadian authorities to proceed with the deportation of Paola Ortiz and her two Canadian children of two and four years old.

*********
IMPORTANT UPDATE: On Monday evening, around 6 pm, Paola found out that her application for a stay of deportation had been denied by Federal Court judge Richard Boivin. Her appointment for deportation is scheduled for tomorrow morning, September 20th, at 7 am at Pierre-Elliott-Trudeau airport.

She will present herself at the airport tomorrow morning without her kids, two Canadian citizens who require specialized medical follow-up that they would not be able to access in Mexico.

Once again, Immigration Canada’s unjust and racist policies are breaking up a family, and tearing a friend, a mother, a coworker, a neighbor, from our community.

In the words of Paola Ortiz, in an interview done shortly after she learned of the judge’s decision:

“What is Immigration Canada going to tell my children when they ask: “where is my mother?”. What is the government going to tell my kids if I die over there? Am I only a number?”

HOW YOU CAN  HELP:

Action at the airport: If you get this email before Tuesday morning, please consider showing up at Trudeau airport on Tuesday morning. Paola and her supporters will be holding a press point at 6:30 AM on Tuesday, September 20 to denounce her deportation. We will be meeting at the international departures area, call 514-998-7243 for more information.

HOLD KENNEY AND HARPER RESPONSIBLE FOR THEIR ACTIONS!

Please contact Immigration Canada and the Minister of Public Safety and DENOUNCE this outrageous and unjust decision to deport Paola Ortiz

Please call:

Minister of Immigration, Jason Kenney ::

* Tell him you are outraged by CIC’s decision not to grant status to Paola Ortiz; state that she has already received a “Certificat de Sélection du Québec”
* Tell him that you are deeply worried about Paola’s safety should she be deported to Mexico; remind him that in 2009, Canada deported another young woman, Grise, back to Mexico; Grise was killed a few months after her deportation
(for more information on her case: //www.thestar.com/news/gta/article/714781–deported-to-her-death)
* Ask him to use his discretionary power to grand Paola status and bring her home, to Montreal, so that she can be reunited with her kids, her family and her friends

Jason Kenney
Tel: 613-992-2235
Fax: 613-992-1920
Email: jason.kenney@parl.gc.ca

Public Safety Minister Vic Toews
* Tell him that you denounce CBSA’s decision not to grant a stay of deportation to Paola Ortiz
* If you call him early tomorrow (Tuesday) morning, tell him to use his discretionary power to immediately stop Paola’s deportation

Vic Toews
Tel: 613-992-3128
Fax: 613-995-1049
Email:vic.toews@parl.gc.ca

–> If possible, please contact the Director of Removals for Montreal EARLY TUESDAY MORNING. Tell her that it’s not too late to use her discretionary power to stop Paola’s deportation (mention Paola’s date of birth, January 10th 1980)

Julie Thibodeau
Director of Removals
Canadian Border Services Agency

1010 St-Antoine, 2nd floor
Tel: 514-283-0936
Fax: 514-496-1882

Adjointe administrative: – Noémie Rainville-Pelletier – 514-496-3983

Join more than 100 of Paola’s neighbours and community members, Solidarity Across Borders, and 25 community groups in demanding that a stay of removal be put in place for Paola Ortiz. To add your signature and the name of your organization, please contact solidaritesansfrontieres@gmail.com with ‘PAOLA ORTIZ’ in the subject line.

NO MORE DEPORTATIONS! NO MORE DETENTIONS! JUSTICE FOR PAOLA ORTIZ AND HER KIDS!

Background

Paola Ortiz arrived in Montreal five years ago after fleeing a situation of sexual and conjugal violence in Mexico, her country or origin. There she was a victim of violent physical, sexual, and psychological abuse by her then-husband, a federal police officer.

She has been diagnosed by various specialists with post-traumatic stress and depression. Mrs. Ortiz’s children also have health challenges. Her daughter of four years suffers from significant hearing problems, while her son of two years has recently been diagnosed with autism. Both children are receiving treatment and support from various specialists.

In 2006 upon her arrival in Canada, Paola Ortiz requested refugee status from Canada. The Immigration and Refugee Board refused her application one year later, under the pretext that the Mexican state provided adequate protection to women survivors of conjugal violence. However, many sources from the field uncover the situation of violence for women in Mexico, and the almost absolute impunity accorded to its perpetrators.

During the summer of 2011, Ms. Ortiz was detained for one week at the Immigration Detention Centre in Laval, being consequently separated from her children. She is presently in limbo, awaiting a deportation date that could be issued and executed as early as this week. Her lawyer has submitted a request for a stay of her deportation, in her interests and those of her children.

By constantly threatening Paola and her family with deportation, the Canadian government is acting as an accomplice to the sexist violence that Paola has endured. Moreover, the government is ignoring not only its human rights obligations and its obligations towards refugees, but also its responsibilities towards children born on Canadian territory, children who have the right to live in conditions that are fair, safe, and with dignity. This means to remain in Canada, the country of their birth, with their mother.

For the other members of Solidarity Across Borders working with Ms. Ortiz, there is no question that Ms. Ortiz and her children will not receive the specialized services that they need should they be deported to Mexico.

The treatment of Ms. Ortiz in recent weeks displays a worrying tendency on the part of Canada’s immigration system; mainly, a flat-out denial of the situation of violence and its impunity in countries like Mexico, and the increasing use of repressive tools like detention and precipitated deportation, deliberately overlooking any consideration of the rights of the children or the psychological precarity of women who have experienced trauma and violence.

In 2009, Immigration Minister Jason Kenney imposed a mandatory visa on all visitors from Mexico, alleging that too many requests for asylum seekers originating from Mexico were false. This gesture is one of several measures recently put into place by the Canadian government that refugee advocates have decried as simply dividing and criminalizing immigrant and refugee communities, in an aim to restrict their access to Canadian territory.

Solidarity Across Borders joins Ms. Ortiz, her family, and many friends and community members of Montreal and Point St. Charles neighborhood, to demand that Ms. Ortiz be given permanent status in Canada.

Solidarity Across Borders is a network of support and struggle for the dignity and justice of migrants without status. Its principal demands are the end of deportations and detentions, the regularization of all non-status people and the abolition of the double punishment.

END DEPORTATIONS AND DETENTIONS NOW!

JUSTICE FOR PAOLA ORTIZ AND HER FAMILY!Action urgente!: Justice pour Paola Ortiz et sa famille!

SURSIS REFUSÉ: Joignez-nous à nous pour dénoncer la déportation imminente d’une mère d’origine mexicaine et de ses deux enfants

MISE-A-JOUR IMPORTANTE: A 18h lundi, nous avons appris que le juge Richard Boivin de la Cour fédérale a REFUSÉ d’accorder un sursis de déportation à Paola Ortiz. Sa déportation est donc prévue pour demain matin, mardi le 20 septembre, à 7h du matin à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Elle prévoit se rendre à l’aéroport demain matin, sans ses enfants, des citoyens canadiens qui nécessitent un suivi médical qu’ils ne pourraient pas avoir au Mexique.

Encore une fois, les politiques injustes d’Immigration Canada brisent une famille.

Dans les mots de Paola Ortiz, dans une entrevue qu’elle a accordée aux médias après avoir appris la décision du juge, entourée de ses ami-es et de nombreux sympathisant-es:

<<Qu’est-ce qu’Immigration Canada va dire à mes enfants quand ils vont me demander “Où est maman?” Qu’est-ce que le gouvernement va dire à mes enfants si je meurs là-bas? Est-ce que je suis seulement un dossier à leurs yeux?>>

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

Action de soutien à l’aéroport : Si vous recevez ce courriel avant mardi matin, vous êtes invité-es à venir dénoncer la déportation de Paola à l’aéroport Trudeau. Paola et ses sympathisant-es tiendront un point de presse mardi le 20 septembre à compter de 6h30 du matin pour dénoncer sa déportation. Nous nous réunirons dans l’aire des départs internationaux, appelez au 514-998-7243 pour plus d’informations.

TENONS KENNEY ET TOEWS RESPONSABLES DE LEURS ACTES:
Nous vous invitons à contacter en grand nombre les autorités d’immigration pour DENONCER cette décision inhumaine et complètement injuste.

Nous vous invitons à contacter:

Le Ministre de l’Immigration, Jason Kenney
* Dites lui que vous êtes outré-es par la décision d’Immigration de ne pas accorder de statut à Paola Ortiz, d’autant plus qu’elle a déjà reçu un Certificat de sélection du Québec (CSQ)
* Dites lui que vous craignez que son intégrité physique, voire sa vie soient menacés au Mexique; rappelez-lui qu’en 2009, une autre jeune femme mexicaine, Grise, qui a été déportée du Canada et assassinée quelques mois après son expulsion
(voir article : //www.thestar.com/news/gta/article/714781–deported-to-her-death)
* Demandez-lui de faire usage de son pouvoir discrétionnaire pour ramener Paola, CHEZ ELLE, à Montréal, pour qu’elle soit réunie avec sa famille et ses ami-es

Ministre de l’Immigration Jason Kenney
Tel: 613-992-2235
Fax: 613-992-1920
Email: jason.kenney@parl.gc.ca

Le Ministre de la Sécurité publique, Vic Toews:
* Dites-lui que vous dénoncez la décision de son Ministère de ne pas avoir accordé de sursis de déportation à Paola Ortiz
* Si vous appelez demain matin, dites-lui d’utiliser son pouvoir discrétionnaire pour arrêter sur-le-champ la déportation de Paola

Ministre de la Sécurité Publique Vic Toews
Tel: 613-992-3128
Fax: 613-995-1049
EMail: vic.toews@parl.gc.ca

–> Contactez la directrice de renvoi TOT MARDI MATIN si vous pouvez, qui possède un droit administratif d’octroyer un sursis de renvoi. (Quand vous appelez, veuillez aussi mentionner la date de naissance de Paola, soit le 10 janvier 1980)

Julie Thibodeau
Directrice d’opérations, renvoi
Agence de services frontaliers
1010 St-Antoine, 2e étage
Tel: 514-283-0936
Fax: 514-496-1882

Adjointe administrative:
Noémie Rainville-Pelletier – 514-496-3983

Ajoutez votre signature a ceux de plus que 100 individus et 25 organismes qui ont signé une déclaration publique revendiquant un sursis de renvoi pour Mme Ortiz. Pour ajouter votre signature au lettre, svp contactez solidaritesansfrontieres@gmail.com en écrivant ‘PAOLA ORTIZ’ dans le sujet.

JUSTICE POUR PAOLA ORTIZ ET SA FAMILLE !

NON AUX DÉPORTATIONS ET AUX DÉTENTIONS!

Mise en contexte:

Paola Ortiz est arrivée à Montréal il y a cinq ans après avoir fui une situation de violence conjugale et sexuelle dans son pays d’origine, le Mexique. Elle a fait l’objet d’abus physiques et psychologiques violents de la part de son conjoint de l’époque, un officier de la police fédérale. Elle souffre depuis de stress post-traumatique et de dépression. Les deux enfants de Mme Ortiz présentent également des problèmes de santé. La fille de 4 ans souffre de problèmes auditifs importants et son fils de 2 ans a été récemment diagnostiqué autiste. Ils sont tous deux suivis par des intervenants spécialisés.

À son arrivée au Canada en 2006, Paola Ortiz demandait que l’État canadien lui accorde un statut de réfugiée. La Commission de l’immigration et du statut de réfugié le lui refusait l’année suivante sous prétexte que l’État mexicain assurait une protection adéquate aux femmes survivantes de la violence conjugale. Or, de multiples voix sur le terrain dénoncent les situations de violence que vivent de nombreuses femmes au Mexique, ainsi que l’impunité presque complète dans laquelle opèrent les agresseurs.

Au cours de l’été 2011, Mme Ortiz a été détenue pendant une semaine au Centre de prévention de l’immigration, à Laval, séparée de ses enfants. Elle s’attend à recevoir un avis de déportation qui pourrait survenir en cours de semaine. Une demande de sursis de déportation a été déposée par son avocat, dans l’intérêt de la femme mais aussi des enfants.

En menaçant Paola et sa famille de déportation, le gouvernement canadien se fait complice de la violence sexiste. De plus, il ignore non seulement ses obligations en matière de droits humains et de protection des réfugiés, mais également ses obligations envers les enfants nés sur son propre territoire. Les enfants de Mme Ortiz ont le droit de vivre dans des conditions justes, dignes et sécuritaires, au Canada, avec leur mère.

Pour les autres membres de Solidarité sans frontières, il est clair que les enfants de Mme Ortiz n’auraient pas accès aux services spécialisés dont ils ont besoin s’ils étaient renvoyés au Mexique.

Le traitement du cas de Mme Ortiz dans ces dernières semaines représente une tendance très préoccupante dans le système canadien d’immigration . Il y a un déni net de la situation de violence et d’impunité au Mexique et une utilisation abusive des outils répressifs tels que la détention et la déportation précipitée, sans que ne soient pris en considération les droits des enfants et la précarité psychologique d’une femme ayant vécu des violences traumatisantes.

En 2009, le ministre de l’Immigration Jason Kenney imposait un visa aux visiteurs en provenance du Mexique, alléguant que trop de demandes de statut de réfugiés faites par des ressortissants mexicains étaient fausses. Ce geste est l’un des nombreux actes récents posés par le gouvernement canadien visant à diviser et à criminaliser les personnes immigrantes afin d’en repousser un nombre toujours plus élevé et de restreindre davantage l’accès à son territoire. Le Canada ajoute ainsi une violence aux multiples autres violences qui sévissent présentement dans le monde.

Solidarité sans frontières se joint à Mme Ortiz, à sa famille et à leurs nombreux ami(e)s de Montréal et du quartier Pointe-Saint-Charles pour réclamer auprès des autorités fédérales qu’un statut permanent au Canada lui soit accordé.

Solidarité sans frontières est un réseau de soutien, d’entraide et de lutte pour la justice et la dignité des migrants sans-statut. Ses principales revendications sont la fin des déportations et des détentions, la régularisation de toutes les personnes sans-statut et l’abolition de la double peine.

Related Posts

Cuisines Collectives Interculturelles

Dialogue, Rapprochement et Action Collective Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) a été fondé en 1999 à Montréal et poursuit aujourd’hui son travail dans plusieurs villes du Québec. Le projet des « Cuisines collectives interculturelles » (CCI) émerge d’un long processus de réflexion et d’action qui remonte aux débuts de l’implantation du CTI, section Saguenay–Lac-Saint-Jean, en 2012. Depuis neuf ans de travail au Saguenay–Lac-Saint-Jean, les membres du CTI... Read more →

Notes du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) à l’égard de La planification de l’immigration au Québec pour la période 2020-2022

Volume de l’immigration Compte tenu de l’évolution démographique, notamment provenant du vieillissement de la population et de la retraite des baby-boomers prévue dans les années 2020, il y a une nécessité économique de l’augmentation du volume de l’immigration. Plus profondément, en tant que constituante du monde globalisée, le Québec a la responsabilité morale d’assumer dans sa capacité maximale la population quittant leur pays en dépit des difficultés manifestes en vue... Read more →

Pour Montréal « responsable et engagée » : appuyant la Motion à soutenir la régularisation des personnes sans statut légal vivant sur son territoire

Montréal, le 22 février 2021. La Motion visant à soutenir la régularisation des personnes sans statut égal vivant sur son territoire, proposée par Mme Giuliana Fumagalli et appuyée par M. Marvin Rotrand, sera discutée aujourd’hui au Conseil de la Ville de Montréal. Des organisations oeuvrant auprès des personnes à statut précaire ou sans statut, Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI), Association des travailleurs et travailleuses temporaires d’agence de placement... Read more →
Book a Meeting