IWC-CTI

Communiqués de presse

Les manifestants de Montréal demandent « Un Statut pour tous et toutes » pour les migrantEs au Canada.

mai 17th, 2013

Avis aux médias – Pour diffusion immédiate

Les manifestants de Montréal demandent « Un Statut pour tous et toutes » pour les migrantEs au Canada.

Quatre contingents incluant des organisations pour les droits des migrantEs vont traverser la ville de Montréal.

POINT DE PRESSE (avant la manifestation)
SAMEDI LE 18 MAI À 10H
Au Carré Phillips (Union et Ste-Catherine)

438-875-7243 (cell) / solidaritesansfrontieres@gmail.com
info: www.solidaritesansfrontieres.org
Pour des mises-à-jour pendant la manifestation, suivre @SolidariteMTL sur twitter

Au point de presse, il y aura des discours donnés par des membres de Dignidad Migrante, le Centre des travailleurs et travailleuses immigrantEs, MexicainEs uniEs pour la régularisation (MUR), Personne n’est illégal-Montréal et Solidarité sans frontières.
—–

VENDREDI LE 17 MAI — Quatre contingents organisés par des groupes pour la défense des droits de migrantEs vont traverser la ville de Montréal demain après-midi. Ces quatre contingents font partie d’une manifestation familiale appelée « Un Statut pour tous et toutes  » ce samedi le 18 MAI.

Les contingents vont partir à 13h de Verdun (métro de l’Église), Côte-des-Neiges (Parc Kent), Villeray (métro Jarry) et Hochelaga (Valois et Ontario).

Tous les contingents vont converger au Carré Phillips à 16h pour un Festival pour une Cité sans frontières.

Cette manifestation exige la fin des déportations et des détentions et dénonce la double peine. Les manifestantEs marcheront ensemble afin de bâtir une Cité sans Frontières à Montréal.
—–

Pour plus d’infos :
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/revendications

La déclaration pour une Cité sans frontières :

D’autres informations concernant la manifestation sont disponibles ici :
—–
438-875-7243 (cell) / solidaritesansfrontieres@gmail.com
info: www.solidaritesansfrontieres.org
Pour des mises-à-jour pendant la manifestation, suivre @SolidariteMTL sur twitter

Une réfugiée mexicaine et son enfant détenues la veille de la marche Un Statut Pour Tou.te.s

mai 17th, 2013

Une réfugiée mexicaine et son enfant détenues la veille de la marche Un Statut Pour Tou.te.s

 

Conférence de presse

Vendredi 17 mai, 9h30

Immigration Canada 1010 Saint-Antoine Ouest, Montréal

 

photo by freda guttman

photo by Freda Guttman


avec des amis de Mme Guzman et un porte-parole de la Coalition Un Statut Pour tou.te.s

 

A la veille de la marche annuelle réclamant un statut pour tous les immigrant.e.s et réfugié.e.s et la fin des déportations, six agents de l’Agence des Services Frontaliers du Cananda (ASFC) ont violemment pénétré le domicile montréalais d’une femme sans-statut, Norma Guzman, l’arrêtant elle et sa fille âgée de 18 mois. Mme Guzman et sa fille sont actuellement détenues au centre de détention de Laval, et risquent d’être déportées vers le pays d’origine de la mère, le Mexique.

 

Les journalistes sont invités à une conférence de presse demain matin devant Immigration Canada, au 1010 Saint-Antoine Ouest, afin de s’informer sur la situation de Mme Guzman. Un porte-parole expliquera également pourquoi la Coalition Un Status Pour Tou.te.s demande la régularisation de toutes les personnes sans statut et la fin des pratiques violentes et brutales de déportation et de détention des immigrants. Dans un contexte d’augmentation des politiques agressives en matière d’immigration, la coalition Un Statut Pour Tou.te.s appelle les organisations communautaires de Montréal à rejoindre la campagne pour faire de Montréal une « Cité sans frontières » – une ville sécuritaire et accessible pour tou.te.s, quelque soit leur statut d’immigration. La marche aura lieu samedi 18 mai à 13h, au départ de quatre lieux (Côte des Neiges, Verdun, Hochelaga et Villeray), et convergera à 16h au square Philips.

 

:: CONTEXTE ::

 

Norma Guzman

 

Hier soir, Norma Guzman et sa fille Camille, 18 mois, ont été arrêtés chez eux par six agents armés de l’Agence des Services Frontaliers du Cananda (ASFC). L’un des agents est entré par la fenêtre de la cuisine tandis que les autres hurlaient à une Mme Guzman terrifiée d’ouvrir la porte. Les agents ont fouillé Mme Guzman, la menaçant devant son bébé. Depuis le centre de détention, Mme Guzman a raconté à ses amis : « Ils nous ont terrorisées. La façon dont ils sont entrés chez nous était agressive et humiliante ».

 

Mme Guzman et Camille auront une audience de révision de détention face à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié dans les 48 heures. Mme Guzman a vécu et travaillé à Montréal depuis 2008, après avoir fui la persécution au Mexique et cherché refuge au Canada. En 2011, sa demande de résidence pour raisons humanitaires a été refusée. Enceinte et effrayée à l’idée de retourner au Mexique, elle a décidé de rester au Canada pour offrir un meilleur avenir à sa fille. Norma a développé une forte communauté autour d’elle et de Camille. Elle est volontaire à la garderie de sa fille et a toujours travaillé pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille.

 

Norma a dit aux agents : « Vous me poursuivez et m’arrêtez comme si j’étais une criminelle. Mais ce n’est pas un crime de vouloir rester ici pour me protéger des dangers qui m’attendent dans mon pays d’origine. »

-30-

 

Pour plus d’info:
514-632-0072
514-619-3648

Source:

Coalition Un Statut pour Tou.te.s Mexicain.e.s Uni.e.s pour la Régularisation MUR, Dignidad Migrante, Solidarite sans Frontieres, Centre des Travailleurs et travailleuses Immigrants, No One Is Illegal, CDHAL.
Plus d’info sur la marche Un Statut pour Tou.te.s :
http://www.solidarityacrossborders.org/en/may-18-status-for-all-demonstration

Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants célèbre la lutte des travailleurs immigrants par les arts

mai 9th, 2013

Quand: Samedi 11 mai 2013 de 18h30 a 22h30

Où: CEDA, 2515 Delisle (métro Lionel-Groulx)

 

MONTREAL- 9 mai, 2013- Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants  se prépare pour la huitième célébration annuelle du festival MayWorks. Cette année, l’évènement présente en première le projet de théâtre communautaire du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants. Co créé par des travailleurs pour des travailleurs, le projet vise à permettre aux travailleurs de partager leurs histoires de résistance et de dignité dans leur lutte.

 

Au cours des deux derniers mois, les participants ont travaillé collectivement à la création et l’élaboration d’un spectacle, faisant appel à divers medias incluant le théâtre, l’écriture, des vidéos, la photographie, les arts visuels, le son et les arts de la scène. Cette initiative s’appuie aussi sur Voix Migrantes, un projet radiophonique populaire au cours du quel des travailleurs ont enregistré une série de témoignages audio documentant l’exploitation qu’ils ont subi mais aussi mais aussi leur courage et la force des mouvements collectifs.

 

« Les pièces de théâtre explorent des thèmes allant de la réalité d’une vie sans papiers, le processus de migration ainsi que les injustices vécues en milieu de travail aux mains des agences et/ou employeurs » explique Mostafa Henaway du Centre de Travailleur Immigrants. « Ils vont aussi explorer l’organisation des immigrants au quotidien pour leur statu, l’égalité et des meilleurs conditions de travail » a-t-il rajouté.

 

La soirée sera aussi marquée par des performances par le groupe culturel PINAY, le groupe jeunesse du Centre de Femmes Sud-Asiatiques et Les Zimmi Grands choir entre autre. Les participants ont hâte à cette soirée accessible aux familles et porteuse de nourriture, musique et de performances célébrant la lutte des travailleurs migrants a travers les arts.

 

 

Contacts pour les medias:

 

 

Amy Darwish (Francais)

 

Renseignements :

 

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants

Tel: 514-342-2111

Courriel: iwc_cti@yahoo.com

Site web: http://www.iwc-cti.ca/

Les travailleurs immigrants dénoncent le ‘double-assaut’ sur leurs droits par les gouvernements fédéral et provincial

avril 30th, 2013

Avis aux médias

Les travailleurs immigrants dénoncent le ‘double-assaut’ sur leurs droits par les gouvernements fédéral et provincial
Lettre ouverte au Ministère du Travail => https://docs.google.com/file/d/0B4i5v_AdwTi1TlJuTy1tR1pHVTg/edit

Mercredi 1er mai 2013 à 10 h

Centre de travailleurs et travailleuses immigrants, 4755, rue Van Horne, bureau 110 (métro Plamondon), Montréal
Ce 1er mai, une coalition de travailleurs étrangers temporaires, travailleuses domestiques, travailleurs d’agences de placement, ainsi que travailleurs sans papiers se prononcent sur les changements annoncés lundi par le gouvernement fédéral au Programme des travailleurs peu spécialisés.

Mohammad, un travailleur temporaire dans un restaurant Wendy’s, décrira comment les annonces de lundi ont bouleversé sa vie, menaçant directement et immédiatement son droit de rester et de travailler au Canada. “Nous ne demandons qu’un minimum de respect pour nos droits en tant que travailleurs immigrants” dit Mohammad.

D’ailleurs, en réponse à une annonce qui montera le salaire minimum juste au-dessous de dix dollars ($10.15), la coalition revendique un hausse vers un montant réellement “vivable” qu’il détermine plutôt à douze dollars.

Les travailleurs dénoncent également les réalités sombres et souvent invisibilisées des travailleurs précaires au Québec et au Canada.

Lors d’une assemblée publique qui s’est tenue le 5 avril dernier, une soixantaine de travailleurs migrants représentant une campagne initiée par le CTI, ont mis de l’avant plusieurs demandes liées à un éventuel projet de loi provincial qui viserait à protéger les travailleurs en situation de précarité. Parmi elles la couverture des travailleuses domestiques par la CSST, la coresponsabilité des agences de placements et de leurs entreprises, ainsi qu’une meilleure protection des travailleurs étrangers temporaires, tout statut confondu.

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (514)342-2111

Noé Arteaga (Français) noe@iwc-cti.ca

Mostafa Henaway (Anglais) mostafa@iwc-cti.ca

 

Point de presse du 1er du mai

avril 23rd, 2013

Avis aux médias

 

Point de presse à propos des demandes formulées à la ministre Agnès Maltais et suivi de la consultation du 5 avril 2013

 

Mercredi 1er mai 2013 à 10 h

 

Centre de travailleurs et travailleuses immigrants, 4755, rue Van Horne, bureau 110 (métro Plamondon), Montréal

 

 

Lors de la consultation du 5 avril dernier, plusieurs organismes de défenses des droits des groupes les plus vulnérables de notre société se sont réunis afin de discuter ouvertement autour du phénomène du travail précaire. La ministre du Travail, Agnès Maltais avait été invitée afin de lui faire part de notre point de vue et de nos demandes à considérer dans son projet de législation sur le travail précaire :

 

a) Exiger de chaque agence l’acquisition d’un permis d’exploitation renouvelable annuellement.
b) S’assurer que seules les agences crédibles et responsables reçoivent le dit permis et que ce dernier leur soit retiré si elles ne sont pas en mesure de respecter les règles et les normes du travail en vigueur.
c) Fournir un dépôt de garantie afin de rembourser, s’il y a lieu, tous les frais prélevés auprès des travailleurs par l’agence.
d) Exiger que les agences indiquent, dans un court délai, tout changement concernant leurs coordonnées ou au sein de l’administration de l’entreprise.
e) Infliger des amendes aux compagnies faisant appel à des agences de placement temporaire sans permis.
f) En vertu de la Loi sur les normes du travail du Québec, mettre en place un principe de coresponsabilité entre les agences de placement temporaires et leurs entreprises clientes qui garantira le respect des droits des travailleurs.

— Tenir responsables les agences de placement temporaire ainsi que leurs entreprises clientes envers les travailleurs qu’ils embauchent, lorsque les obligations pécuniaires (salaires, congés payés, etc.) sont en jeu.
— Tenir responsables soit les agences de placement temporaire, soit leurs entreprises clientes (ou les deux), dans le cas où les droits des travailleurs sont violés (comme dans les cas de congédiement non justifié, de harcèlement psychologique ou physique, etc.).
g) Faire dûment appliquer les normes du travail.
h) S’assurer que les agences et leurs entreprises clientes soient tenues responsables de tout ce qui a trait à la santé et à la sécurité au travail, ainsi qu’aux indemnités compensatoires de la CSST.

i) Obliger les entreprises clientes des agences de placement temporaire à embaucher de façon permanente les travailleurs d’agences au terme de trois mois de travail.

 

Lors de ce point de presse, nous allons faire un suivi de cette rencontre et un appel à la ministre afin qu’elle prenne en compte le point de vue de ceux qui sont les plus concernés par son projet de loi, c’est-à-dire les personnes ayant un statut et des emplois précaires.

 

-30 —

 

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (514)342-2111

Noé Arteaga (Français) noe@iwc-cti.ca

Mostafa Henaway (Anglais) mostafa@iwc-cti.ca

 

Source :

Centre des travailleuses et des travailleurs immigrants (CTI-IWC)

Association de travailleuses et travailleurs d’agences de placement (ATTAP-TAWA)